Dernière mise à jour : 04/05/2003

 

« La Danaïde […] : d’agenouillée qu’elle était, elle s’est jetée dans le flot de sa chevelure. Il est merveilleux de faire lentement le tour de ce marbre, de parcourir le long, long chemin qui, contournant la courbe richement épanouie de ce dos, conduit au visage qui se perd dans la pierre comme en une grande déploration, et à la main qui telle une dernière fleur, parle à voix basse de la vie pour la dernière fois, au fond du bloc éternellement glacé. » Rainer Maria Rilke, Auguste Rodin, 1902

L'art, c'est la matérialisation d'une idée (de l'artiste). A ce titre, il n'admets aucune limite et entrave.

Nous n'arrivons pas à concevoir une pensée étriquée. De la même manière qu'il nous est pénible d'imaginer un oiseau avec des ailes brisées.

Qu'importe le médium : papier, scène, ondes, pierre etc.,

Qu'importe le sculpture,

Pourvu qu'il satisfasse d'abord le sculpteur,

Et ensuite, et si possible, son récepteur.

Les arts nous procurent des plaisirs, plutôt solitaires !

Mais en nous montrant des beautés sous des angles nouvelles, il ne leur est pas interdit d'éduquer notre esprit.

Il est donc de notre droit, élémentaire et fondamental, d'apprécier ou de haïr une œuvre d'art, mais personne n'a (ou ne doit avoir !) le droit d'interdire une expression artistique quelconque.

On ne se refait pas, comme fruit social, nous ne sommes pas touchés de la même manière par les différentes formes artistiques.

En Iran, si beaucoup de formes de l'expressions artistiques n'ont pas eu l'évolution qu'elles méritaient, on peut soupçonner la poésie d'avoir tout pris !

Notre définition de la bonne poésie : la sagesse concentrée.

A l'aide de ses images et de son rythme, elle chatouille notre esprit, et pourquoi pas ?, nous fait réfléchir.