Dernière mise à jour : 19/12/05

Sur cette branche, vous lirez les correspondances qui nous ont touchées. Vous avez la même chose sur l'arbre persane. Nous serons très sélectifs.


Remarques sur un des articles de « Le Monde Diplo » (12/05)

Ci-dessous le message envoyé au secrétariat, ainsi qu'à Alain GRESH, le 17/12/2005


"..., je considère que le temps mûrit toutes choses ; avec le temps, toutes choses viennent en évidence ; le temps est le père de la vérité."
(F. RABELAIS, Le Tiers Livre, Illustrations Gustave DORÉ, 1988, p. 448)



Bonjour,

Selon l'adage "qui aime bien, châtie bien", je me sens poussé à vous mettre en garde contre ce que j'appellerai "la tentation de l'intégrisme intellectuel".

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'article d
'Alain Gresh (
Offensive concertée contre le régime syrien) n'est par très prés de la vérité, et le temps nous démontrera ceci de mieux en mieux (on a déjà un aperçu avec ceci1) .

Certes il n'est pas tombé aussi bas que
La commission Mehlis discréditée par Talaat Ramih (Réseau Voltaire) (soit dit en passant, j'espère que ceux-là, au moins "touchent" les dividendes de "leurs efforts", que l'on a du mal à ne pas taxer de malhonnête), mais sous prétexte qu'une partie de vérité nous dérange, ou nuit à notre "raisonnement/argumentaire", nous n'avons pas le droit de la passer sous silence. Cela revient à céder à la tentation que j'appellerai "intégrisme intellectuel" (la croyance que l'on dispose déjà d'une vision intégrale de la réalité dans notre cerveau).

Le rôle extrêmement négatif de l'État américain, dans le monde et en particulier dans la région en question, ne doit pas nous empêcher de dénoncer les régimes corrompus soi-disant "anti-impérialistes" (Je ne m'étale pas sur le fait qu'en réalité, ces régimes portent de l'eau au moulin des gouvernants américains. Il suffit de nommer Saddam d'hier, Ahmadinejad d'aujourd'hui, et le "système Assad" pour combien de temps encore ?).

Dans votre article, pas un mot sur le soi-disant suicide de Ghazi Kenaan, ni sur les travaux de Robert Fisk, qui a nommé dès le début quelques-uns des responsables de l'assassinat d'Hariri, ceux-là même qui ont été arrêtés par la suite. Vous pouvez lire (ou voir) certains de ses articles ou interviews .

Ceci renforce mon idée sur la nécessité de se mettre en question et de s'informer chaque jour, tout en étant prêt d'améliorer ses connaissances, quitte à revoir ses positions.

Que ma critique vis-à-vis de votre article soit un hommage rendu au travail unique, et là je pèse mes mots, de Robert Fisk, ce grand reporter dont les semblables manquent cruellement en France.

bien de plaisirs,
Xayyâmi !
http://khayyami.free.fr/






-------- Original Message --------

Subject:

de la nécessité d'adopter un point de vue historique

Date:

Wed, 04 Feb 2004 19:58:50 +0100

From:

Xayyami <khayyami@free.fr>

To:

endirect@humanite.fr



Bonjour,

Veuillez comparer votre article récent Bras de fer à Téhéran avec ce vous écriviez il y a à peine 6 mois, Hors du sérail théocratique, pour mieux comprendre mon indignation, et mon regret pour vous, exprimés dans un courriel (voir Messages).

Pour comprendre quelque chose à ce qui s'y passe, il est indispensable d'élargir son champ de vision et d'adopter une position historique. C'est la raison pour laquelle je me doit d'exprimer ma gratitude à Bourdieu qui m'a fourni quelques clés indispensables pour développer ma théorie.

En guise de remerciement, pour l'accès gratuit à votre journal sur le net, et si cela vous intéresse, je pourrai vous donner plus d'information.


Xayyâmi !
http://khayyami.free.fr/




-------- Original Message --------

Subject:

Re: Renseignements

Date:

Sun, 12 Oct 2003 00:25:43 +0200

From:

Xayyami <khayyami@free.fr>





Rosimeri Carvalho a écrit :

Bon Jour,
 
Je vous demande de m'excuser si je vous derranger mais j'aimerais bien vous demander un renseignement. Je suis professeur dans une université brésilienne et aujourd'hui après avoir assité à une conférence sur l'Inde moi et mes collègues on s'est mis à discuter sur la enorme influence de la vision occidentale sur les discussions à respect de la rationalité, ainsi je voulais vous poser la question au sujet de la possibilité de m'indiquer des auteurs non occidentaux qui puissent discuter la quetion de la rationalité.
 
Je vous remercie et je felicite votre peuple pour le prix nobel de la paix.
 
Toute ma considération,
Rosimeri Carvalho da Silva

Chère Madame,

La rationalité et l'Orient, c'est une longue histoire. Je vais résumer mes connaissances limitées, mais vous pourrez vous balader sur le net (par exemple http://members.tripod.com/~wzzz/) pour plus d'infos. Sur mes feuille Préférences et Preferences

aussi. Bien que je n'ai pas encore écrit d'une manière systématique mes trouvailles. Un des projets de ma vie est d'écrire sur un des plus grands rationaliste de l'Orient,  Omar Khayyam.

Puisque à mon avis, l'age d'or de la civilisation oriental était entre 9ème et 12ème siècle. Notamment  dans les 11 et 12ème siècle, dans la région qui se trouve à l'est de l'Iran actuel et dans les villes comme Samarcande et Bukhara. Il y avait beaucoup d'échange entre les différentes parties de l'Orient, notamment entre l'Inde et cette partie (Grand Khorâsân). Par exemple un scientifique, Biruni, a séjourné longtemps en Inde et ramené tout ce qu'il y trouvait d'intéressant. Mais ceci, pour des raisons diverses , a été très violamment étoufé par les Etats, rois, etc. de ses pays. Heureusement ce formidable héritage a pu être transféré à l'Occident avant son extinction, au moins pour quelques siècles : pas seulement algèbre, alcool et les autres découvertes scientifiques, mais aussi les troubadours etc.

Il y a quelques temps j'ai vu  quelques parts que déjà Pétrarque  avait demandé d'enlèver délibérément toute autres référence hormi grec et romain. Il n'est pas complètement condamnable : peut-être qu'il pensait qu'en comparaison à ces deux civilisatons, il n'y a rien de bon à tirer des expériences sociales et politiques de l'Orient. En fait il ne savait pas les extraordinaires épisodes des mouvements, parfois très populaires, qui continuaient dans la lignée de Mazdak. Un hédonisme social. (Et peut-être d'autres mouvements que j'ignore aussi dans les autres contrées).

Et voilà que nous arrivons à Grand Khayyâm. Astronome avant tout, mais qui pour ses besoins de calcul, a résolu les équations de 3ème degre et, à la tête d'une équipe, a calculé l'année solaire avec une précision incroyable pour son temps, mais, d'après moi, n'a pas écrit beaucoup de quatrains. Mais s'il en a écrit un seul, c'est celui-ci :

Si le possesseur prépara cet édifice si bien,
Pourquoi l'avoir mis sur la voie de déclin ?
A qui la faute, s'il s'avère inopportun ?
Et si parfait, pourquoi ruine comme destin ?

Qui démontre bien qu'il était plus rationnel que les philosophes des Lumières. Vous pouvez comparer son raisonnement avec ceci :

http://ocw.mit.edu/NR/rdonlyres/D4C79E77-93BA-4A7F-9B77-FE705E0F2095/0/fa01lec01.pdf

Le meilleur Hafiz est sûrement largement inspiré de Khayyam. Et pendant des siècles, il n'y avait pas beaucoup de sages de trempe de Goethe pour reconnaître la valeur des gens comme Hafiz. Que les occidentaux, ou ceux que Saïd nomme "orientalistes", ont depuis Pétrarque, essayé de gommer l'apport de l'Orient, n'a rien de surprenant. Mais nous savons maintenant que ce problème est essentiellement intrinséque aux sociétés orientales, voyez  :

sur "L'humanisme, dernier rempart contre la barbarie", par Edward W. Said 


Maintenant, il est temps pour que nous profitions de tout ce que les êtres humains, indépendamment de leur lieu de naissance et de leur époque, nous ont légués de valable. Ainsi les intellectuels orientaux/ocidentaux, autrement dit les citoyens du monde,  défendent les Lumières face aux occidentaux, et devrait passer au peigne fin l'histoire de l'Orient, pour trouver les raison du blocage de l'évolution.

Voilà, j'espère vous avoir apporté, bien rapidement, au moins quelques éléments de réponses.
En vous remerciant de vos félicitations, recevez les miennes pour l'élection de Lula, j'espère qu'il ne decevra pas les couches populaires !

baladez-vous dans notre jardin et profitez de la vie, c'est la leçon du rationalisme oriental !

Xayyâmi
http://khayyami.free.fr/



-------- Message original --------

Sujet:

un superbe exemple d'ignorance !

Date:

Fri, 11 Jul 2003 12:25:16 +0200

De:

Xayyami <khayyami@free.fr>

Pour:

endirect@humanite.fr



Bonjour,

C'est uniquement si vous acceptez de mentionner notre adresse du site que nous allons vous envoyer une réponse aux propos tenus par les 2 iraniens dans Hors du sérail théocratique. son titre sera "un superbe exemple d'ignorance".  Sinon nous avons des choses plus urgents à faire !

Merci de votre compréhension et de votre réponse,
Xayyâmi !
http://khayyami.free.fr/

sans suite


De : "Didier Agid" <passagebrassens@wanadoo.fr>

À : <khayyami@free.fr>

Envoyé : 20/05/2003 09:29

Objet : Brassens



Votre site est magnifique.
J'ai lu avec ravissement vos notes sur Brassens.
"faut dire que j'ai appris le français avec ses chansons" Touché !
Voyez le site de l'association PASSAGE, que j'ai créée l'année dernière, mu
par deux grandes passions : le Bon Maître et les langues (cette passion-là,
hélas, n'a jamais été jusqu'au Persan).
Enfin, le site est déjà en 6 langues...
Vous ne pourrez qu'approuver cette initiative soutenue par Gibraltar, Corne
d'Aurochs, Favreau, un prix Goncourt (Didier van Cauwelaert), ... et même un
ancien "premier flic de France" (Daniel Vaillant)...
Alors, rejoignez l'association si vous voulez, mais, même si vous ne voulez
pas, comme il serait bon de vous vois enrichir le site de vos reflexions sur
notre Tonton...
Mourir pour des idées en persan, j'en frémis d'aise. La regrettée Christiane
Rochefort avec écrit quelque chose comme "il faut taper sur les cons là et
quand ça fait mal". Moi j'en déduis : "La mauvaise réputation" en espagnol
sous Franco, c'était bien (ça a couté 2 ans d'interdiction de scène à Paco
Ibanez, preuve que ça tapait juste), "Le gorille" aux US, surtout au Texas,
ça serait bien, "La guerre de 14-18" en anglais, très bien (un Ecossais, Ian
Burdon, écoeuré l'autre jour après 3h d'Irak à la télé, l'a traduite d'un
trait), "Hécatombe" chanté à Damas, ce serait pas une mauvaise idée (sauf
que pour le coup, le chanteur, s'il est syrien, risquerait fort de mourir
pour cette idée-là), et donc que "Mourir pour des idées" ça parait
effectivement pas mal vu pour l'Iran. Je vous la publie sur le site quand
vous voulez (bon, c'est vrai que les Ayatollahs doivent passer assez peu de
temps sur les sites Brassens, mais le Bon Maître nous a appris à ne jamais
désespérer de l'homme).
Et voulez-vous mettre un lien vers PASSAGE sur votre site ?
Vous verrez aussi sur le site PASSAGE (pages "le chemin des écoliers", que
je m'intéresse beaucoup à Brassens comme "vecteur de la francophonie". Votre
avis sur les 3 commentaires de chansons publiés me serait très précieux.
Puisque vous m'avez offert Machado avec Brassens, je vous offre cette
chanson de mon ami chilien Eduardo Peralta, à mon avis (et celui de
Favreau), le meilleur interprète étranger actuel de Brassens (le traduction
est plutôt une adaptation qui se veut chantable, mais je n'en suis pas
satisfait, je dois encore y travailler) :


Amitiés
Didier Agid
Association PASSAGE
www.georgesbrassens.org
PS. Si vous avez la possibilité de faire un tour au Festival Générations
Brassens, 31 mai-1er juin, j'y tiendrai le stand "librairie" dans une salle
de la mairie.

Cher Monsieur,

 

Comme je vous l'avais annoncé, mon cadeau pour vous, et pour les autres amoureux de Brassens, est arrivé. Vous pouvez y jeter un coup d'oeil dans le rayons "Littérature, Arts" des " Préférences ".

 

 Il faut parfois se mettre des dates butoir dans la vie, et la mienne était la 10ème anniversaire de la disparition de Léo Ferré, qui n'a trouvé rien de mieux que de nous planter un 14 juillet !!

Concernant vos traductions, le niveau de mon espagnol ne me le permet pas. Et pour le lien c'est fait (voir
Liens).

 

Amitiés, et bravo pour votre site
Khayyâmi !
Réponse envoyée le 12/07/03



"Lector" et "auctor" chez Bourdieu d'après Patrick Champagne

Voici ce que Mr.  Patrick Champagne a bien voulu me répondre pour m'éclaircir :

"Lectores" s'oppose à "auctores" . C'est une distinction qui date du Moyen Age; elle oppose "ceux qui lisent les oeuvres produites par les auteurs" (notamment les professeurs, les commentateurs) et "ceux qui les produisent" (notamment les chercheurs, les écrivains, les savants). Bourdieu insiste sur cette opposition pour montrer les biais de la lecture des purs lectores par comparaison  aux lecteurs qui savent ce que c'est que produire. Cet accent mis sur la disposition du pur lecteur est au principe des développements chez Bourdieu du biais scolastique
Cette distinction est du même ordre que celle qui renvoie à la distinction entre "opus operatum" et "modus operandi" qui oppose le résultat d'une action singulière à son mode de production.


Voici le compte-rendu d'un échange électronique (comme d'habitude, cela se lit "à l'envers") :

Bonjour Yann,

 

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il m'a fallu du temps pour rechercher cette phrase dans mon site. Voilà que je la trouve dans Jeux de mots :

 

" On ne peut pas mettre sur le même plan toutes les civilisations (...)

L' Occident continuera à occidentaliser et à s'imposer aux peuples. "

Sylvio Berlusconi, 27/9/2001

Orient-oxydant !

 Si l’ Orient peut nous orienter,

Faut-il en conclure :

Que l’ Occident peut nous oxyder ! 

La parole en exergue a été ajoutée bien après. Si tu a vu l'émission d'hier soir (vu l'usine de fabrication des armes chimiques fournie par les allemands à Saddam, et les mirages français pour littéralement "répandre la mort") on ne peut que donner quelques crédits à la réponse que tu as reçu !

Envoyé : 28/01/2003 10:58
Objet : Re: Ne ratez pas ARTE ce soir !

Tu m'avais dis il y a quelque temps :
 
"On sait que l'orient oriente, peut on dire que l'occident oxyde"?
 
Cette phrase m'avait bien plu, je me suis permis de te citer sur un forum de discussion.
 
On m'a répondu :
 
"C'est pire : l'occident occit.!"
 
 
Sent: Tuesday, January 28, 2003 4:46 PM
Subject: Ne ratez pas ARTE ce soir !
Bonjour,
 
Voir le programme sur http://www.arte-tv.com/dossier/archive.jsp?refresh=false&node=162789&lang=fr
 
Ne ratez surtout pas le début pour voir le passé honteux de l'Occident  et la fin pour une histoire triste : 22h35 Les mercenaires de Saddam Hussein

le 21/08/02 "secretariat@nplus.gf" nous a envoyé ceci :

Bonjour,

 

Si les mots sont de moi, le sens ne l'est pas.

 

"Les hommes se différencient par leur comportement

 et non par la couleur de leur peau.

Si l'on doit parler de races, alors parlons de races d'esprits." 

 

Personnellement, je connais autant de races d'esprits, que d'espèces animales différentes. Car nous avons autant copié les animaux dans leur techniques que dans leur mœurs et leur comportement.

Alors chaque espèce qui s'éteint est un peu de nous même qui disparaît.


le 6/06/02 23:20, Khayyami à khayyami@free.fr a écrit :

Bonjour Mr. Changeux,

 

Comme je vous l'ai indiqué ce lundi matin, je me permets de faire 2 remarques sur votre dernier livre (L'Homme de vérité, chez Odile Jacob) :

 

1) Médecins "arabes" ?

 

Il me parait "important" (de portée éthique) de corriger l'imprécision dans la page 345 où vous écrivez : "... les médecins arabes Al-Razi (Rhazès) ou ibn Sinâ (Avicenne) ..."

Comme il est dit dans cet article du Monde, Avicenne, voit le jour en août 980 dans une famille persane d'Afshanah, un village proche de Boukhara. Or Boukhara est à des milliers de kilomètres de l'Arabie. Et Râzi (qui veut littéralement dire "de Ray", comme parisien désigne quelqu'un de paris) était effectivement natif de la ville de Ray, une ville très proche de Téhéran d'aujourd'hui (je pense 100 Km au sud). Il est vrai que la langue scientifique de cette époque était l'arabe, mais cela ne justifie pas cette appellation (de la même manière que l'on ne va pas vous appeler "anglais" (ou "américain"), juste parce que vous publiez en anglais). L'autre proposition, les appeler "musulmans" n'est guère plus satisfaisant. Ces scientifiques, de différentes religions, étaient en général des grands philosophes rationalistes, et avaient réussi à faire le synthèse des connaissances des différentes parties du monde, notamment grec, indien, iranien et chinois. Hélas, ils avaient une vision du monde peut-être plus universaliste que la grande majorité des scientifiques actuels. Il n'est donc pas juste de les enfermer dans une nation (qui n'existait pas encore), ou les limiter à une religion. D'après mes recherches sur Omar Khayyâm, certains avaient des positions philosophiques plus "avancées" (rationalisme et matérialisme scientifique) que les grands philosophes de l'Occident quelques siècles plus tard. Pour toutes ces raisons, je vous propose de les nommer "les scientifiques de l'Orient". Ainsi ceux qui ne les méritent pas ne pourront pas les "récupérer" !

 

En plus, il convient d'enlever le "al" au début du nom de Râzi, il n'y a pas de raison "d'arabiser" son nom.

 

2) Pour une "éthique international"

 

 Votre idée est certainement très noble et louable. Mais mon impression générale, après la lecture de ce chapitre, est que vous n'abordez pas suffisamment la situation actuelle, notamment socio-économique. Aujourd'hui, la vérité elle-même est l'enjeu d'une lutte acharnée sur le plan mondial. Et il me parait nécessaire de commencer par des idées très simples, comme le fait que, dans les domaines essentiels de la vie, chaque être humain doit compter pour un, ni moins ET ni plus qu'un autre. Pour avancer sur ce chemin, il est évident qu'il faudra dépasser les clivages idéologiques (notamment religieux) et nationaux (d'ou l'importance de la correction ci-dessus !). Mais ceci est un objectif à long terme. Pour y parvenir, nous ne pourrons pas nous priver de la coopération avec les "religieux philosophes", comme Président Khatami qui a avancé l'idée de "dialogue entre les civilisations" à l'ONU, ou "Monseigneur" Gaillot en France.

 

En tant qu'ingénieur irano-français, j'avoue que ce sujet me passionne et me préoccupe depuis quelques années (vous pourrez jeter un oeil sur le site : http://khayyami.free.fr/). 

 

Il va sans dire que je serai plus qu'heureux de vous donner plus de détails ou d'échanger mes vues avec vous sur ce vaste sujet.

 

Merci pour votre travail remarquable !

La réponse de Prof. Changeux

Merci, Cher monsieur, pour vos précieuses remarques dont je tiendrai compte dans la version définitive en anglais de "Physiology of truth". Très cordialement.

Jean-Pierre Changeux


Bonjour,

Merci de votre message chaleureux. On a beau dire que l'on fait quelque chose pour un public anonyme, quand on reçoit des messages de cette trempe, on se sent des ailes !

Concernant le "Div" et Divâne" : quelques mois après l'écriture de cette partie, j'y ai pensé. Vous avez raison, on peut dire que la sagesse et la folie ne sont pas si loin.

Si vous voulez collaborer avec nous, vous êtes bienvenue, dans le domaine que vous voulez, et dans la ligne de ce site, qui est très large. Nous moyens sont, on ne peut plus, limités.

sâdkâm bâsid,
Xayyâmi !
http://khayyami.free.fr/
----- Message d'origine -----
...
Envoyé : 03/05/2002 02:49
Objet : un petit mot


> Bonsoir,
>
> Ce soir, j'ai une insomnie. Alors, je monte dans mon bureau, j'allume mon
> ordinateur, je fais mon courrier et puis je me dis qu'il faut peut être que
> j'approfondisse mes recherches concernant Mani, sur le net.
> En voguant de site en site, je tombe sur le vôtre par hasard. Mais le hasard
> n'existe pas et il fallait que je visite vos pages.
> J'ai rarement apprécié un site autant celui-ci. La lecture de chaque page
> m'a suscitée un réél plaisir et m'a procurée une joie et de la nostalgie.
> J'ai mêlé le sourire aux larmes.
> Bref, je ne vais pas m'étendre, mais j'ai passé un bon moment avec vous.
>
> Au fait, Div et Divaneh ont la même racine également. Est ce que Dieu est
> fou ??????
>
> Amicalement.
(Une franco-iranienne vivant en Corse)

1

Mehlis convaincu que la Syrie est responsable du meurtre de Hariri (journal)

AFP 17.12.05 | 10h34

Le chef de la commission d'enquête de l'Onu sur le meurtre de Rafic Hariri, Detlev Mehlis, s'est dit convaincu de la responsabilité de la Syrie dans l'assassinat du leader libanais, dans une interview au journal arabe Asharq al-Awsat publiée samedi.

C'est la première fois que M. Mehlis accuse sans ambages la Syrie, ex-puissance de tutelle au Liban, dans l'assassinat de l'ex-Premier ministre libanais depuis le début de l'enquête en juin 2005.

Interrogé à New York par le journal à capitaux arabes s'il était "parfaitement convaincu que la Syrie est responsable de l'assassinat de Hariri", M. Mehlis a répondu: "Oui".

"Les autorités syriennes sont responsables", a ajouté le magistrat allemand, sans vouloir entrer dans les détails.

La Syrie, forcée de retirer ses troupes du Liban deux mois après l'assassinat de Rafic Hariri sous la pression de l'opposition libanaise et de la communauté internationale, a toujours clamé son innocence dans ce meurtre.

Selon M. Mehlis, "il y a un lien entre les attentats qui ont frappé le Liban" depuis octobre 2004, dont celui qui a coûté la vie à Rafic Hariri et à d'autres personnalités antisyriennes. Le dernier en date a été l'assassinat du journaliste et député chrétien Gebrane Tuéni le 12 décembre.

"Certaines parties, dont une en particulier, ont cherché à dévier l'enquête, mais elles n'ont pas réussi", a indiqué M. Mehlis, en se referant notamment au témoin syrien Houssam Houssam qui s'était rétracté. Et aussi, selon lui "la demande (syrienne) incongrue de révision du rapport de l'enquête".

"Nous allons poursuivre l'enquête dans la même voie et rien ne pourra changer cela", a souligné M. Mehlis.

Au sujet de la liste des "personnalités libanaises antisyriennes à abattre" publiée cette semaine par les médias libanais, il a indiqué que des témoins "avaient fait état de cette liste durant leur interrogatoire, mais nous ne pouvons affirmer avec certitude que ces informations sont exactes".

"Nous avons jugé utile d'avertir les autorités libanaises", a dit le magistrat.

M. Mehlis a conclu, dans deux rapports d'étape, à des "preuves convergentes" sur l'implication des services de renseignements syriens et libanais dans l'assassinat de Rafic Hariri le 14 février à Beyrouth, et émis des doutes quant à la réalité de la coopération de la Syrie dans l'enquête.

Le magistrat allemand a fait savoir qu'il ne souhaitait pas être reconduit à la tête de la commission de l'Onu dont le mandat, qui a expiré le 15 décembre, a été prorogé pour six mois par le Conseil de sécurité de l'Onu.